mardi 6 novembre 2018

Dany Laferrière : Tout bouge autour de moi


Le 12 Janvier 2010, Dany Laferrière est attablé au restaurant d’un hôtel, avec des amis, invité à un festival littéraire à Port-au-Prince, quand un fracas épouvantable retentit semblable à "une mitrailleuse" ou "comme un train". C’est le début du terrible tremblement de terre qui a secoué Haïti et fait plus de trois cent mille morts, autant de blessés et un million et demi de sans abri. Il a pourtant duré moins d’une minute !

« On s’est tous les trois retrouvés à plat ventre au centre de la cour. Sous les arbres. La terre s’est mise à onduler comme une feuille de papier que le vent emporte. Bruits sourds des immeubles en train de s’agenouiller. Ils n’explosent pas. Ils implosent, emprisonnant les gens dans leur ventre. »

La première sensation dont a conscience l’écrivain après le séisme, c’est le silence, la sidération. Puis les cris, les premiers secours, les nuits angoissantes passées sous les étoiles dans la peur des des répliques, avec une seconde secousse presque aussi forte que la première qui est arrivée « comme un coup derrière la tête» . L’affolement des familles qui se cherchent, la découverte des morts, la perte d’un parent, d’un ami, et la prise de conscience de l’étendue du désastre. Laferrière part dans le quartier de sa famille dont la maison a été épargnée. Il y retrouve sa mère, sa soeur, ses tantes, des personnages récurrents de ses romans que nous connaissons un peu comme des amis.
Les voisins n’ont pas tous cette chance. Partout les ruines, l’horreur, la désolation et l’incertitude de l’avenir.
Dany Lafferière note : « Les gens, comme les maisons, se situent dans ces trois catégories : ceux qui sont morts, ceux qui sont gravement blessés, et ceux qui sont profondément fissurés à l’intérieur et qui ne le savent pas encore. Ces derniers sont les plus inquiétants. Le corps va continuer un moment avant de tomber en morceaux un beau jour. Brutalement. Sans un cri. »

Il analyse ce qu’il a ressenti pendant le tremblement de terre  : « le vernis de  civilisation que l’on m’a inculqué est parti en poussière - comme cette ville où j’étais.  Tout cela a duré dix secondes. Est-ce le poids réel de la civilisation ? Pendant ces dix secondes, j’étais un arbre, une pierre, un nuage ou le séisme lui-même. Ce qui est sûr, c’est que je n’étais plus le produit d’une culture ».

Après son retour à Montréal, il en découvre les séquelles : « Je panique à l’idée d’avoir absorbé une dose d’anxiété si forte qu’elle pourrait s’incruster dans ma chair. J’ai vu juste, car plus d’un mois après le séisme mon corps reste sensible à la moindre vibration du corps.»

Pourtant, malgré la peur, le deuil, la faim et la souffrance, Dany Lafferière remarque la dignité des haïtiens, ce qui le rend fier de ce peuple qui semble toujours se relever de ses cendres, pas de scènes de pillage, de désordre  :  «  Au lieu de cela, on a vu un peuple digne, dont les nerfs sont assez solides pour résister aux plus terribles privations. Quand on sait que les gens avaient faim bien avant le séisme, on se demande comment ils ont fait pour attendre si calmement l’arrivée des secours. De quoi se sont-ils nourris durant le mois qui a précédé la distribution de nourriture ? Et tous ces malades sans soin qui errent dans la ville? »

La vie reprend peu à peu le dessus dans ce pays "jamais à cours de malheurs" où " c’est mieux d’être divers et ondoyant " :

"... si en Haïti on a peur une minute, il arrive qu’on danse la minute d’après. Cette technique empêche de sombrer dans une névrose collective".

En fait, pour commenter ce livre, il faudrait que je le cite en entier ! Je ne m'arrêterais pas tant il est riche de réflexions et d'humanité. Un beau texte donc qui nous plonge au coeur d'un peuple touché par le malheur lors d'une catastrophe que nous vivons à hauteur d'homme, par l'intérieur. Quand tout bouge, ce n'est pas seulement la terre qui tremble, les immeubles qui s'écroulent, mais toutes nos certitudes intimes, tout ce qui fait la stabilité d'une civilisation. Tout bouge autour de moi nous permet de connaître plus avant la société haïtienne, ses croyances, sa force de résistance, ses pouvoirs de résilience et tout simplement son amour de la vie. Enfin, il nous amène à une réflexion générale sur l'être humain, sur sa fragilité et sur la tendresse du monde. C'est le titre de son dernier chapitre.

Et puis, pour le plaisir et parce que je partage entièrement cette idée, je termine par une phrase que j'aime beaucoup car elle montre la force de la  littérature quand elle permet de survivre : c'est l'enfant lisant Dumas sous une tente, et qui se laisse transporter bien loin de cette habitation si fragile dont le caractère provisoire s'éternise ; c'est l'écrivain lisant la poésie d'Amos Oz :

« Ma confiance dans la poésie est sans limite. Elle est seule capable de me consoler de l’horreur du monde. »

Montaigne formulait ainsi cette idée : les livres "c'est la meilleure des munitions que j'aie trouvées en cet humain voyage". J'en ai fait la devise de mon blog.

 Lectures communes avec :

 LC d’un roman  de Dany Laferrière au choix, avec Kathel, Valentyne, Anne, Enna  !




 Dany Laferrière lit un passage de Tout bouge autour de moi




23 commentaires:

  1. Celui-ci, il faut vraiment que je le lise ! Le sujet est particulièrement fort, et la langue et le sens de l'observation de l'auteur y semblent faire merveille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce sont des petites annotations et puis peu à peu on s'aperçoit de leur richesse.

      Supprimer
  2. j'avais lu un livre de lui sur le sujet et c'est plein en effet d'humanité et de compassion sans pour autant prendre des allures de victime
    un auteur que j'apprécie

    RépondreSupprimer
  3. Comme Kathel, celui-ci, il faut que je le lise.

    RépondreSupprimer
  4. Jamais lu l'auteur, mais ce titre pourrait me plaire?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense, oui ! j'ai préféré l'énigme du retour mais c'est trop poétique pour toi !!

      Supprimer
  5. Cela fait longtemps que je me dis que je devrais lire Laferrière!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que c'est un auteur intéressant.

      Supprimer
  6. Voilà un titre que je peux noter pour renouer avec l'auteur plus tard, parce que ma première rencontre est un peu beaucoup ratée... Et je pourais lire en "contrepoint" un roman d'un autre auteur haïtien sur le tremblement de terre (James Noël, Belle merveille)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Je suis un écrivain japonais" ne rencontre pas l'unanimité, en effet. Il a l'air difficile à lire. Pourtant quand on en lit des extraits, ils sont passionnants.

      Supprimer
  7. Oups... j'ai l'impression que mon commentaire est parti avant que j'ai eu le temps de remplir le formulaire... Si tu en trouves 3, supprime les ;-)
    Je disais donc que tu me faisais envie et que j'avais même vérifié et que ce titre était à la médiathèque et que ça sera peut-être mon Laferrière 2019 ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, c'est le seul commentaire.
      j'espère que tu l'aimeras mais à mon avis il vaut bien qu'on le découvre.

      Supprimer
  8. Tu me donnes fort envie de lire ce livre, d'autant plus que j'aime écouter Dany Laferrière quand il passe à la télévision, et que je ne l'ai pas encore lu. Les titres ne manquent pas pourtant ! J'avais noté aussi "L’Art presque perdu de ne rien faire".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu L'art perdu de ne rien faire... Des trois que je connais,je préfère L'énigme du retour .

      Supprimer
  9. Jamais lu cet auteur mais tu me donnes envie :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il peut t'intéresser et puis il fait connaître la société et la mentalité haïtienne.

      Supprimer
  10. Quand je pense que je n'ai jamais rien lu de Dany Laferrière, j'ai un peu honte. Merci de me rappeler cet écrivain. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de honte à avoir. C'est bien d'avoir toujours à découvrir de nouveaux auteurs !

      Supprimer
  11. J'ai aimé tous les livres de Dany Laferrière que j'ai lus et garde en tête les merveilleux portraits de sa grand-mère. Autant te dire que celui-ci , après ce bel article, va rejoindre ma liste des "à lire", dans les plus brefs délais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en ai pas lu autant que toi mais j'aimerais bien étendre ma connaissance des membres de sa famille et de cette fameuse grand-mère.

      Supprimer
  12. Je dois absolument lire un livre de Dany Lafferière surtout suite au triste séisme de 2010, au moral inébranlable de deux petites adoptées, souvent côtoyées aux US ainsi qu'à leur humour. Devrais-je parler du rôle catastrophique de nombres d'ONG à l'époque.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.