mercredi 30 novembre 2022

Marlen Haushofer : Le mur invisible


Voilà un livre que j’ai lu depuis longtemps sans publier de billet mais pourtant ce roman le mérite bien.

Un roman post-apocalyptique

Le mur invisible film de Julian Roman Pölsler.(2012)

Le mur invisible de Marlen Haushofer, paru en 1963  dans le contexte de la guerre froide reprend un thème qui était à la mode à l’époque - on comprend pourquoi -  et qui d’ailleurs n’a jamais cessé de l’être ( et pour cause ! ). Il s’agit de la destruction de la planète par des armes et une technologie toujours plus recherchée et meurtrière.

En 1972, j’ai lu aussi le Malevil de Robert Merle que vous devez connaître si vous avez le même âge que moi et qui est vraiment à lire, si ce n’est fait !
Lorsque les hommes cesseront d’inventer des armes de plus en plus sophistiquées pour mieux s’entretuer, les romans post-apocalyptiques n’auront plus de raison d’exister, mais en attendant il y a et il y aura toujours, j’espère, des écrivains pour nous en parler et nous secouer !

Marlen Haushofer, une féministe

Marlen Haushofer, autrichienne, a vécu son enfance dans un maison forestière  (son père était garde forestier). Elle a fait ses études dans les années 30, s’est spécialisée à l’université dans la philologie allemande, a connu la guerre et le nazisme. Plus tard, elle eut du mal à concilier son rôle de mère et d’écrivain à une époque où la société patriarcale fonctionnait sur le principe de la mère au foyer, femme d’intérieur modèle. De là naît un sentiment d’enfermement, d’isolement au monde et d'angoisse que l’on retrouve dans le personnage féminin de son roman Le mur invisible dans lequel elle met beaucoup d’elle-même…

Quand je me remémore la femme que j’ai été, la femme au léger double menton qui se donnait beaucoup de mal pour paraître plus jeune que son âge, j’éprouve de la sympathie. Je ne voudrais pas la juger trop sévèrement. Il ne lui a jamais été donné de prendre sa vie en main. Encore jeune fille, elle se chargea en toute inconscience d’un lourd fardeau et fonda une famille, après quoi elle ne cessa plus d’être accablée par un nombre écrasant de devoirs et de soucis. Seule une géante aurait pu se libérer et elle était loin d’être une géante, juste une femme surmenée, à l’intelligence moyenne, condamnée à vivre dans un monde hostile aux femmes, un monde qui lui parut toujours étranger et inquiétant.


Une robinsonnade

Le mur invisible film de Julian Roman Pölsler.(2012)

Dans Le mur invisible, Marlen Haushofer imagine qu’une femme, seule survivante de l’apocalypse, se retrouve protégée par un mur invisible du reste du monde pétrifié. Elle va organiser sa survie et celle des animaux qui sont sous sa garde.

La survivante qui est aussi, forcément, la narratrice, doit faire face aux difficultés d’une vie primitive, elle doit se battre contre la Nature qu’elle connaît mal, elle, une citadine, et s’en faire une alliée. Elle lutte pour survivre contre la famine, le froid, la maladie. Mais le pire c’est la solitude et la crainte de la folie qui la guette dans ce tête à tête avec elle-même.  Elle assume ce combat, refuse de s’abandonner et crée des liens solides et fidèles avec des animaux, un chien, une chatte, une vache … dont elle se sent responsable et qui l’obligent à continuer une vie qui, sinon, pourrait paraître vide de sens. Elle s’aperçoit aussi que la nature n’a pas besoin de l’homme pour exister et c’est pour elle une leçon de modestie.

Un jour, je ne serai plus là et plus personne ne fauchera le pré, alors le sous-bois gagnera du terrain puis la forêt s'avancera jusqu'au mur en reconquérant le sol que l'homme lui avait volé.

Le roman rejoint ainsi le genre littéraire de la Robinsonnade initié par le Robinson Crusoé de Daniel Defoe, récits d’aventures qui peignent la vie en pleine nature loin de la civilisation et qui portent une vision philosophique et critique du monde : Le Robinson suisse de Johann David Wyss, Sa majesté des mouches de William Golding, et mes deux préférés : Vendredi ou Les limbes du pacifique de Michel Tournier, Suzanne et le pacifique de Giraudoux (si vous ne les avez pas lus, un régal ! ). Et l’on pense aussi au roman de nature writing comme celui de Peter Fromm, Indian Creek, pour ne citer que celui-ci.

Dans La forêt de J. Hegland est à la fois post-apocalyptique et robinsonnade comme Le mur invisible.

Le pessimisme

Le mur invisible film de Julian Roman Pölsler.(2012)

L’originalité du roman de Marlen Haushofer vient de la vision féministe de la narratrice et de son ressenti par rapport à l’homme, le mâle, qui est, pour elle, la représentation du Mal, de la violence, de la haine, pessimisme hérité du traumatisme de la guerre et des horreurs commises par les nazis mais aussi cause de l’asservissement de la femme. Vous verrez ce qui se passe quand le seul homme survivant viendra briser sa solitude. Je vous laisse le découvrir.

Enfin, il faut dire qu’au-delà de son appartenance à des genres littéraires, le roman de Marlen Haushofer est une interrogation sur la solitude, la folie et la mort,  le rapport au temps, celui entre les individus, les hommes et les femmes, et les liens qui nous rattachent à la nature, au monde animal et végétal. Un roman passionnant que l’on peut lire au premier degré comme un livre d’aventures mais qui présente aussi une dimension philosophique résonnant comme un avertissement face à l’escalade de la violence et  à l’indifférence de l’homme vis à vis de la nature.


 

16 commentaires:

  1. Ce que tu dis de la robinsonnade me tente bien. Je regarde depuis pas mal de temps ce livre, mais je t'avoue (c'est bête comme tout) que j'ai été jusqu'à présent un peu rebuté par la couverture... Les photos du film donnent plus envie de s'y plonger, je trouve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, ces photos m'ont donné envie de voir le film. Quant à la première de couverture le femme est habillée d'une façon qui rappelle plutôt le moyen-âge (?), il me semble, plutôt que l'époque actuelle.

      Supprimer
  2. Fausse manip, j'ai oublié de mettre mon nom au message que je viens d'envoyer...🙄

    RépondreSupprimer
  3. Je ne l'ai pas lu, seulement vu un téléfilm, qui était bien d'ailleurs. J'ai l'intention de le lire ... un jour. "Malevil" par contre, je l'ai lu, après avoir vu le film. Les deux m'ont marquée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je me souviens bien de Malevil alors que je l'ai lu il y a fort longtemps. Un bon bouquin ! Et il y avait , à l'époque, moins de livre de ce genre. Par contre je n'ai pas vu le téléfilm.

      Supprimer
  4. Lu il y a quelques années, je ne l'ai pas commenté sur le blog... pourtant, je me suis laissé prendre par ce roman aux nombreuses facettes.

    RépondreSupprimer
  5. Parmi les autres romans de "survie" face à la nature, je ne connais pas Suzanne et le Pacifique: je tâcherai de le lire! Malevil, je l'avais choisi pour mon premier "exposé" en cours de français lorsque j'étais au collège...
    C'est dasola qui m'a fait découvrir Le mur invisible, et le titre figure maintenant dans le système de prêt de livres de l'AMAP dont je fais partie.
    (s) ta d loi du cine, "squatter" chez dasola

    RépondreSupprimer
  6. J'avais beaucoup aimé ce roman : il y a tellement de thème abordé !

    RépondreSupprimer
  7. Je note ne serait ce que pour la découverte de Marlen Haushofer !

    RépondreSupprimer
  8. Ce roman m'a laissé un profond souvenir, notamment de certains moments si émouvants. Bon dimanche, Claudialucia.

    RépondreSupprimer
  9. je me souviens avoir eu des réserves à propos de ce livre mais il faut dire que je n'aime pas trop le genre

    RépondreSupprimer
  10. Une lecture forte pour moi aussi. Et j'ai vu le film, qui m'a semblé très réussi, fidèle au roman. Cette solitude, cette existence vide de sens. Au moins sur une île, on peut se dire qu'un bateau finira par passer... Là elle se donne une raison d'exister avec cette vache et cette chatte.

    RépondreSupprimer
  11. Très bon roman, lu il y a quelques années aussi. Impressionnant.

    RépondreSupprimer
  12. Rebonsoir Claudialucia, très bon roman d'anticipation et j'avais aussi beaucoup aimé le film : une adaptation assez fidèle. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.