vendredi 15 mars 2013

Elizabeth Gaskell : Cranford et les confessions de Mr Harrison




Pour cette lecture commune je présente deux livres d'Elizabeth Gaskell : Cranford et Les confessions de Mr Harrisson.
Cranford

Dans Cranford, comme dans la plupart de ses romans, Elizabeth Gaskell prend pour cadre une petite ville qu'elle oppose d'une manière ironique à Londres pour mieux souligner le calme de cette vie provinciale pour ne pas dire la platitude.  Même si l'on est en pleine révolution industrielle, en pleine période de mutation avec l'arrivée du chemin de fer, les journées suivent un train train quotidien monotone relevé simplement par des rencontres entre amies autour d'une tasse de thé et d'une partie de cartes. A la simplicité voire la naïveté de cette modeste bourgeoisie villageoise, Gaskell oppose la vie trépidante mais snob de Londres où l'on pense plus à paraître qu'à être..
Une narratrice extérieure  (qui sait peut-être l'auteure elle-même?) vient visiter ses amies à Cranford et  raconte ce qu'elle voit. Elle apporte une vision lucide et pleine d'humour sur les habitantes de Cranford car là-bas il n'y a que des femmes :

.. d'une manière ou d'une autre, le monsieur disparaît; tantôt, finit par mourir tout simplement de peur, à l'idée d'être le seul homme à fréquenter les soirées de l'endroit; tantôt il a une bonne raison d'être absent, puisqu'il se trouve qui avec  son régiment, qui sur son navire, qui tout à fait accaparé par ses affaires.

Aussi l'arrivée d'un homme, le capitaine Brown, nanti de deux filles, et qui n'observe pas le code de bienséance en vigueur à Cranford va révolutionner la petite ville. Ce n'est pourtant pas le personnage principal et l'on peut dire que l'on passe d'un récit à l'autre, ce qui permet de mettre en valeur des personnages différents, le cadre de la ville servant d'unité de lieu.
Tous les petits travers de ces femmes, leur sens strict de la hiérarchie qui confine parfois au ridicule, le snobisme entre classes sociales, les commérages incessants, nous sont dévoilés. Mais le regard porté sur elles, s'il est lucide, est aussi plein d'affection. Leur générosité malgré la modestie des revenus, la solidarité qui s'exerce en secret pour éviter de froisser celle à qui l'on porte secours, la dignité face à la pauvreté et au malheur, tout concourt à faire de ce roman une galerie de portraits pleins de vie. On rit souvent de la maladresse des personnages, de leurs petites ruses, de leurs superstitions, et certains épisodes sont franchement comiques mais la nostalgie naît devant la vie de ses femmes qui sont souvent passées à côté de leur amour et de leurs désirs, menant une vie étriquée, dictée par les convenances, la religion et le diktat de l'opinion publique. De beaux personnages apparaissent comme Mathilda Jenkins, Miss Matty, petite femme fragile et effacée, qui a toujours vécu sous la coupe de son père puis de sa soeur aînée sans jamais oser exprimer sa pensée ni ses sentiments. C'est ainsi qu'elle n'a pu épouser celui qu'elle aime et qu'elle rêve toujours d'une petite fille qui lui tendrait les bras et l'appellerait maman.
Une chronique donc tout en demi-teinte et en finesse que j'ai appréciée même si je préfère toujours Nord et sud et Femmes et filles, ce dernier bâti sur une structure identique à partir de l'observation de la vie en Province et des différentes classes sociales, mais plus développé.


Les confessions de Mr Harrison


Les confessions de Mr Harrison est un court roman qui ressemble à Cranford par le sujet même s'il s'en éloigne par d'autres aspects. 

Un jeune médecin, William Harrison raconte à son ami qui revient des Indes, comment il a rencontré son épouse Mary : Tout jeune médecin, il vient s'installer dans une petite ville de province pour aider le docteur en place, Mr Morgan, afin de lui succéder à la longue. A peine arrivé, il excite la convoitise de toutes les jeunes filles à marier et de leurs parents qui cherchent un bon parti. Will tombe très vite amoureux de Mary, la fille du pasteur et pour lui tout est clair mais... c'est un jeune homme très (trop?) poli! je vous laisse découvrir dans quelle situation il va se mettre ou plutôt dans quel guêpier il va tomber!

 On y retrouve les ingrédients qui font le succès de Gaskell, la description des particularités de la vie de province, les portraits aigres-doux de certains de ces habitants, l'ironie de la plume mais le ton est résolument celui de la comédie, les quiproquos se succèdent, et l'on sourit devant les ennuis de ce pauvre jeune homme! Un agréable roman!


Lecture commune du 15 Mars sur Cranford d'Elizabeth Gaskell et/ou sur deux autres de ses romans Les Confessions de Mr Harrison et Lady Ludlow avec :


et George :
Céline avec Les Confessions de Mr Harrison
Titine avec Lady Ludlow


22 commentaires:

  1. Aaah deux Gaskell, cela fait plaisir (et n'allonge pas ma LAL, car déjà lus)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouf! si la LAL ne s'allonge pas, on est sauvé!

      Supprimer
  2. C'est beau ce que tu dis de Miss Matty !
    J'ai aimé le livre, alors je vais poursuivre avec ce Mr Harrison.
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand la soeur de miss Matty meurt, on découvre peu à peu ce personnage qui vivait dans l'ombre de sa soeur aînée et l'on s'attache à elle. C'est vraiment un très beau portrait, très nuancé.

      Supprimer
  3. Tu as bien fait de lire les deux tant les thématiques sont proches. J'ai adoré la nostalgie de "Cranford" et ai beaucoup ri des mésaventures de Mr Harrison. Mais je suis d'accord avec toi, ces deux livres sont anecdotiques comparés aux chefs-d’œuvre que sont "Nord et Sud" et " femme et fille".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai, les thématiques sont très proches. J'ai lu (mais pas vu) le résumé du film adapté de Cranford où apparaît un jeune médécin semblable à ce Mr Harrison. Je me demande donc si le film n'a pas traité les deux romans en même temps. (?)

      Supprimer
  4. Moi aussi j'ai été très touchée par Miss Maty et son regret d'enfant, cette scène est très belle bien que très triste !
    "Les confessions" est, je trouve, plus léger et je crois que je le préfère à "Cranford" même si j'ai beaucoup aimé "Cranford", mais on est de toute façon dans des romans de grande qualité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cranford présente des moments très tristes. On peut rire de ces vieilles filles un peu ridicules mais leur vie est parfois bien amère.
      le roman Les confessions de Mr Harrison est une vraie comédie qui me rappelle la pièce d'Oscar Wilde, L'importance d'être constant. Satire sociale, quiproquos, rires, on s'amuse bien avec Mr Harrison...!

      Supprimer
  5. Je pense au capitaine Brown, et je me dis que pour pouvoir être accepté, il a quand même fallu qu'il meure. Elles sont dures et vachardes aussi. Mais justement c'est aussi une critique sociale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, elles n'ont pas que des qualités ces braves dames! Elles excluent facilement ceux qui ne sont pas de la même classe sociale. Au début, elles nous apparaissent peu sympathiques mais leurs qualités compensent leurs défauts et on s'attache à elles. C'est ce qui me plaît d'ailleurs dans Gaskell, l'être humain n'est pas parfait et elle le montre mais avec affection et respect.

      Supprimer
  6. Eh bien c'est noté, même s'il me faut lire Nord et Sud avant (oui je sais c'est la honte^^).....................

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi la honte? Nord et Sud, c'est mon préféré! Tu vas te régaler!

      Supprimer
  7. C'était une bonne idée de les lire ensemble et de les comparer. Pour l'instant j'ai fait le chemin inverse du tien, c'est-à-dire que je n'ai justement lu que ces deux titres et Elizabeth Gaskell est déjà une très belle découverte. Mais je me réjouis d'avoir encore ses grands romans qui m'attendent ! Sinon je réponds à ce que tu dis en réponse à un commentaire : la mini-série adapte en effet le roman et deux nouvelles : Les Confessions et Lady Ludlow. Je ne l'ai pas encore vue non plus et j'aimerais bien pouvoir la voir avec des sous-titres, donc je crois qu'il va me falloir attendre encore...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle chance, en effet, d'avoir encore à lire Nord et Sud! Merci pour le renseignement au sujet de la série BBC! C'est un film que j'aimerais bien voir mais il faudrait des sous-titres en français.

      Supprimer
  8. olala je ne peux donc pas me tenir seulement à Nord et Sud ;)Tentatrice!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez! c'est une bonne tentation! Laisse-toi faire!

      Supprimer
  9. J'ai téléchargé celui-ci et Nord et Sud en anglais... c'est un premier pas, on va dire! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En anglais, ce gros pavé! Tu es calée! Voyons si cela va te plaire? Je ne sais pas si les romans victoriens sont faits pour toi!

      Supprimer
  10. j'ai les confesssions de Mr Harrison dans ma PAL, il faudra que je l'en sorte :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une comédie légère et pleine d'esprit!

      Supprimer
  11. Je viens de finir les Confessions de Mr Harrison ce matin même. Mon premier Gaskell et ce fut un vrai plaisir! :-) Je vais attaquer Cranford qui est déjà dans mon stock

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un vrai régal! et garde femmes et filles et surtout Nord et Sud pour la fin. Terminer par le meilleur!

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.