jeudi 27 juin 2013

Kate Summerscale : L'affaire de Road Hill House

Le mois anglais de Lou et Titine

Le livre de Kate Summerscale L'affaire de Road Hill House est une lecture très intéressante. J'attendais un roman, je découvre un reportage historique selon les mots d'une journaliste, sur un meurtre commis en 1860 et analysé par une écrivaine du XXI ème siècle.

En 1860, en effet, le corps d'un petit garçon, Saville Kent, est retrouvé, la gorge tranchée. Qui a pu commettre un acte aussi barbare dans une maison qui était fermée pour la nuit et d'où l'on ne pouvait pénétrer de l'extérieur? Seul un membre de la maisonnée peut être coupable. Les soupçons se portent tour à tour sur la nurse, le père, la soeur, les domestiques… Le célèbre détective de Scotland Yard, Jack Witcher qui a réellement existé, mène l'enquête. Mais  l'affaire est passablement embrouillée…

Le roman est intéressant parce qu'il nous fait pénétrer dans l'intimité d'une famille de l'époque victorienne et révèle ainsi l'envers du décor, les atteintes à la morale sous la respectabilité, les cruautés ensevelies sous le secret, la vérité sous l'apparence. Dans un siècle où la famille est considérée comme le fondement inaltérable de la société, où le mariage est une institution sacrée, l'affaire de Road Hill House lève le voile et la réalité qu'elle reflète crée un séisme dans le pays. Kate Summerscale s'appuie sur  les archives du procès, les rapports des détectives qui se sont succédés, les articles des journaux, des documents précis qui explorent les moindres détails même ceux les plus intimes concernant la vie de la famille et de son entourage.
Les procédés policiers donnaient nécessairement dans le sordide : on mesurait les tours de poitrine, on examinait le linge de nuit en quête de sueur et de sang, on posait des questions indélicates à des jeunes femmes respectables.
Une image bien trouble de cette société apparaît dans laquelle l'homme peut non seulement pratiquer l'adultère avec la gouvernante de ses enfants mais encore reléguer sa femme à un rang subalterne, la priver de l'amour de ses enfants et la faire passer pour folle si elle le dérange dans sa vie sexuelle, un monde où la gouvernante devenue la nouvelle épouse peut privilégier ses propres enfants au détriment des premiers nés comme la marâtre des contes. Kate Sumerscale ressuscite ainsi les protagonistes de l'histoire en brossant des portraits psychologiques complexes et tourmentés où les zones d'ombre recouvrent bien trop souvent les espaces de clarté.
Un meurtre tel que celui-ci pouvait révéler ce qui avait pris forme à l'intérieur du foyer claquemuré de la classe moyenne. Il apparaissait que la famille cloîtrée, tant vantée par la société victorienne, pouvait entretenir un refoulement nocif et nauséabond des affects, un miasme tant sexuel qu'émotionnel.
En même temps, Kate Sumerscale nous fait découvrir les balbutiements des méthodes des enquêteurs, le vocabulaire qui se crée pour donner un nom à ses nouvelles formes d'investigation; elle nous fait pénétrer dans le milieu des détectives de Scotland Yard, un corps de police qui vient d'être créé et dont certains éléments, brillants, (comme Jack Witcher que Dickens admirait) vont servir de modèle à la vogue des grands détectives de l'histoire de la littérature.
Ce qui ajoute, en effet, à l'intérêt de ce reportage historique, c'est que l'écrivaine met en liaison les différents faits de cette enquête avec la littérature : Ainsi Witcher inspira à Collins le personnage du sergent Cuff, le détective de Pierre de lune, amateur de roses. La première Mrs Kent considérée comme folle est enfermée comme l'épouse de Rochester dans Jane Eyre mais peut-être ne l'est-elle pas comme La dame en blanc de Wilkie Collins? Dans Bleak House, Dickens imagine ce que ressent sir Leicester Deadlock lorsqu'on fouille son domicile, en référence avec ce qu'a dû éprouver Mr Kent, le père de Saville. Le secret de lady Audley d'Elizabeth  Braddon est directement inspiré de l'affaire de Road Hill House avec le personnage de la gouvernante ayant épousé un homme de qualité et  un assassinat brutal et mystérieux :
Ses personnages étaient fascinés par le travail du détective et, terrifiés à l'idée d'une révélation publique. L'histoire de Braddon formulait l'inquiétude et le bouleversement suscités par le meurtre de Saville Kent.
Le roman de Kate Sumerscale dresse donc à travers l'enquête policière et le mystère un  panorama de la société victorienne et de ses moeurs et un portrait réussi de personnes disparues depuis longtemps mais représentatifs de cette société; elle peint aussi d'une manière plus générale - l'affaire Saville  Kent passionnera Freud en 1907-  les tourments  et les noirceurs de l'âme humaine.

Lecture commune avec Lou, Miss Leo, Valou, Adalana, Syl, Titine

Dasola



Challenge d'Aymeline

18 commentaires:

  1. Cela m'a beaucoup intéressée ! Effectivement que d'hypocrisie et de violence dans ce type de société.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et toujours quelle difficulté d'être femme dans ce siècle!

      Supprimer
  2. J'ai apprécié comme toi d'en apprendre beaucoup à travers ce roman sur le fonctionnement de la police, la justice et sur les moeurs de l'époque. J'attendais la même chose, à peu près, sur son livre suivant, que j'ai trouvé moins bon, noyé sous les détails.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le seul livre que j'ai lu d'elle et c'est vrai que j'ai apprécié la richesse de cette enquête...

      Supprimer
  3. j'ai lu ce livre il y a plusieurs mois mais sans faire de billet car je n'ai pas été très enthousiaste, je ne suis pas arrivé à m'intéressé à l'histoire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas seulement l'histoire qui est intéressante, c'est la société qui est décrite et puis j'ai vraiment aimé les rapports entre le réel et la littérature.

      Supprimer
  4. J'ai également trouvé ce livre passionnant et plein d'informations sur le contexte historique de ce fait divers. La partie sur la naissance du personnage de détective m'a tout particulièrement intéressée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi et la naissance du vocabulaire liée à la création du détective, l'impact sur le langage et la littérature.

      Supprimer
  5. Il me tarde de le lire ! comme j'avais beaucoup apprécié le chapeau de Mr Briggs, je sens que je vais aussi aimer celui-ci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le seul que j'ai lu d'elle pour l'instant! Oui, tu apprécieras certainement celui-ci.

      Supprimer
  6. Ton billet résume parfaitement tout ce qui m'a plu dans ce texte, décidément très intéressant. Quelle richesse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi, c'est très riche.

      Supprimer
  7. Bonsoir Claudialucia, j'ai écrit tout le bien que je pensais de ce récit exhaustif sur une affaire judiciaire. J'ai trouvé la démarche et l'histoire passionnante. http://dasola.canalblog.com/archives/2008/07/03/9644690.html Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  8. Je sens que ça pourrait vraiment me plaire. Il faut juste que je me décide à le soulever, en fait! (J'avais perdu ton blog... ravie de le retrouver!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le soulever! attention à l'entorse! Mais oui, nous avions fait un challenge ensemble mais ensuite j'ai "déménagé"...

      Supprimer
  9. Souvenir marquant que cette lecture ( en revanche, il ne me semble pas que l'on peut le considérer comme un roman. Lorsque je l'avais lu - dans le cadre d'un jury - il était " classé " en document )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, ce n 'est pas un roman, une enquête historique plutôt.

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.