dimanche 9 novembre 2014

Clara Dupont-Monod : Le roi disait que j'étais le diable



Le roi disait que j'étais le diable de Clara Dupont-Monod couvre une courte période historique située entre le mariage d'Aliénor d'Aquitaine (elle a 13 ans) avec Louis VII, roi de France en 1137 et sa séparation d'avec lui, quinze ans plus tard, l'église acceptant de reconnaître la nullité du mariage pour motif de consanguinité (1152). Elle se remarie avec Henri de Plantagenêt. Elle a donc été reine de France et Reine d'Angleterre, mère de Richard Coeur de Lion et de Jean Sans Terre.

Aliénor d'Aquitaine, reine de France puis d'Angleterre
Aliénor d'Aquitaine

Petite-fille de Guillaume IX le Troubadour, Alienor d'Aquitaine a reçu une éducation raffinée, nourrie de poésie et de musique dans cette cour d'Aquitaine où naît, sous la plume des troubadours, le fin Amor, l'idéal de l'amour courtois, témoin d'une civilisation plus portée aux subtilités de l'amour qu'aux contritions religieuses. On le voit bien, la reine est un personnage de légende et occupe une place d'un telle importance pour une femme, au Moyen-âge, qu'elle a inspiré beaucoup d'historiens et de romanciers.
Si Clara Dupont-Monod s'appuie sur des faits historiques précis, elle a choisi de meubler les vides de l'histoire en donnant la parole tour à tour à la reine et au roi pour mieux souligner les divergences profondes des deux personnages. Alienor représente la culture d'oc, poésie, musique, troubadours, contre la culture d'Oil plus austère; la sensualité et les couleurs du Sud contre l'ascétisme et les grisailles du Nord. Si elle est "le diable" pour son mari, elle dira de lui : "j'ai cru épouser un homme, j'ai épousé un moine."

Aliénor d'Aquitaine et Louis VII miniature du XIV siècle
Aliénor d'Aquitaine et Louis VII

Mais que penser maintenant du roman? j'avoue que j'ai eu beaucoup de mal à y entrer et je ne me suis intéressée aux personnages et à leur histoire que tardivement.
En choisissant de présenter les personnages de l'intérieur, par leurs pensées intimes, Clara Dupont-Monod a choisi la difficulté. Etant donné notre éloignement de la période médiévale, il est moins difficile de présenter le Moyen-âge en narrateur extérieur plutôt que de chercher à en rendre les mentalités. En lisant ce roman, je n'ai jamais eu l'impression de rencontrer vraiment des personnages du Moyen-âge.

Mais le roman est très bien écrit. On peut même dire que les belles phrases frappées comme des maximes, ciselées, abondent; on peut les collectionner :

"le roi est mon mari. Ce n'est pas un homme de colère mais de mots"

"L'épée, le livre : voilà les objets sacrés disait mon grand père. La première défend la terre, le second chante l'amour."

En parlant de Philippe, frère aîné de Louis qui devait régner : Mais cet idiot mourut fracassée contre les faubourgs de Paris. Un cochon s'est jeté dans les pattes de son cheval. N'est-ce pas un magnifique résumé du royaume de France. Ce sont des porcs qui décident de son destin.

Dans le quartier des boucheries  : Dedans parmi les étals, je devine la mort simple et rapide, donnée sans autre but que celui de manger. La mort utile, la plus belle.
La langue est donc très travaillée mais trop esthétique à mon goût même dans ses descriptions réalistes des quartiers des boucheries et des remugles de la  cité médiévale. Une recherche de la forme qui me détourne des personnages et me laisse froide. Ceux-ci me semblent factices, seulement vecteurs de belles pensées exprimées dans un style impeccable.. 
Je crois que je ne me suis intéressée au récit qu'au moment de la croisade parce qu'il y a alors un souffle épique qui apparaît. On part reconquérir la Terre Sainte comme à une fête, les femmes accompagnent les maris, emportant avec elles tous les objets de luxe pour reproduire le confort de la cour. Et là, oui, la folie de la foule, me paraît rejoindre la chanson de geste, l'épopée, et être à la hauteur de la foi du moyen-âge et de sa démesure.

En bref!! un livre dont je reconnais les qualités d'écriture mais qui n'est pas pour moi.

Merci aux éditions Grasset et à Price Minister



les matchs de la rentrée littéraire Price minister 2014



Voir Liligalipette  qui aime beaucoup ce roman.

LIVRE VOYAGEUR

18 commentaires:

  1. Ton avis tombe à pic ; j'ai assisté à une rencontre avec l'auteure récemment et elle sait présenter son livre d'une manière vivante et passionnée, mais je n'ai pas été persuadée que je m'y intéresserais. Tu confirmes mes doutes, je le prendrai tout de même à la bibliothèque pour voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu une interview d'elle très intéressant aussi! Je comprends bien ce qu'elle a voulu faire mais (c'est un avis très personnel) je n'ai pas accroché.

      Supprimer
  2. C'est vrai que l'écriture semble belle, mais je ne suis pas assez intéressée par cette époque pour m'y risquer... si tu as eu du mal à y entrer, d'autant plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, le Moyen-âge me passionne et cette période en particulier.

      Supprimer
  3. De mon côté, je suis entrée dans ce roman sans aucune difficulté et ce fut vraiment un plaisir de lecture ! Pas le coup de cœur de l'année mais vraiment un bon moment :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En général le livre a beaucoup plu. Les critiques sont très bonnes.

      Supprimer
  4. Je crois que je préfèrerais un récit historique sur cette période et ces personnages historiques plutôt qu'un roman. Je n'ai rien lu de C. Dupont-Monod, je ne crois pas que je vais commencer par ce titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le deuxième livre que j'ai lu d'elle avec l'histoire de Nestor, son personnage obèse. Elle dit qu'elle aime bien parler de personnages hors norme.

      Supprimer
  5. Je crois que je vais passer. les romans historiques me laissent souvent sur ma faim. L'histoire se suffit souvent à elle-même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement j'aime beaucoup les romans historiques.

      Supprimer
  6. Liligalipette m'avait donné envie de le lire, l'auteure, vue à LGL aussi mais ton avis pertinent me refroidit un peu... J'aime cette époque, le style me plaira sûrement mais s'il occasionne un "décalage" avec la réalité moyenâgeuse, alors...je ne suis pas sûre...

    RépondreSupprimer
  7. Une femme si fascinante, donc pour ceux qui s'y interessent un moyen de completer surement. J'avais lu le livre de Regine Pernoud d'une traite.

    RépondreSupprimer
  8. J'avais les mêmes réserves que toi concernant son précédent (La Passion selon Juette où l'héroïne était vraiment trop moderne/libre pour être à 100% crédible) alors je passe celui-là. Même si le contexte historique m'attire forcément !

    RépondreSupprimer
  9. il me tentait un peu, mais je crois que je vais attendre de le trouver en bibliothèque!

    RépondreSupprimer
  10. Tu ne veux pas que je te l'envoie? C'est un livre voyageur.

    RépondreSupprimer
  11. Autant, je n'étais pas forcément tentée de prime abord, autant ta chronique m'intrigue ! J'ai presque envie de le tenter, tiens ! Si jamais tu le fais voyager et qu'il est disponible, je ne dis pas non :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lili, en fait c'est Price Minister qui se charge de faire circuler le livre. Il faut que tu t'inscrives ici pour être sur liste d'attente :

      https://docs.google.com/a/priceminister.com/forms/d/1KrYnqhmA7aUDYgEzBAIJqFFqNviNAayYrm_IhzH8Kzs/viewform

      Supprimer
  12. J'ai commencé à le lire après avoir terminé mon roman "price minister" (j'hésitais entre retour à Little Wing et Le roi disait que j'étais diable) pour l'instant j'aime beaucoup, je suis historienne de formation c'est peut être pour ça...

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.