lundi 30 novembre 2015

De quelques peintres vénitiens et de quelques romans qui parlent d'eux (2)

Le Titien

Le Titien (1488_1576)

Le Titien : La Vénus d'Urbino (détail) 1538 une de ses  oeuvres les plus célèbres

Tiziano Vecelli dit Le Titien, d'abord influencé par Giorgione, acquiert la maîtrise de son art qu'il mène à son apogée au début du XVI siècle en soulignant l'importance à la couleur et à la lumière. En 1529 il devient le peintre officiel de la république de Venise.


Le Titien : La présentation de Marie au Temple

Le Titien  La présentation de Marie au temple 

Le Titien : L'homme à la manche bleue

Véronèse (1528_1588)

 Véronèse :  Le repas de Levi (détail)

Paolo Calieri est né à Vérone en 1528 d'où son surnom de Véronèse. Il a étudié la peinture dans sa ville de naissance avant de venir Venise où il s'impose comme un des grands noms du cinquecento à côté du Titien et du Tintoret. Il décore de fresques les grands palais et villas de Venise et se rend célèbre pour ses grandes compositions en trompe-l'oeil et ses talents de coloriste. Les noces de Cana, un de ses tableaux les plus célèbres, est exposé au Louvre.
Le vert véronèse : Véronèse utilise ce vert très particulier qui tire sur le jaune et qui était fabriqué à l'origine à partir d'arséniate de cuivre  qui est un poison très dangereux.

Véronèse (détail)
Véronèse : les noces de Cana


 Tintoret (1518-1594)

Jacopo Robusti est né à Venise vers 1518. Il est appelé Il Tintoretto car son père a été teinturier sur tissu de soie et de velours.  Le Titien a été son maître mais trente années le séparent de lui. Il joue dans ses oeuvres sur les forts contrastes entre obscurité et lumière et est considéré pour cela comme le précurseur  de Rembrandt.

Tintoret (1518-1594): La Cène

Giovanni Battista Tiepolo (1696-1770) et son fils 

Giandomenico Tiepolo(1727-1804 )

Giovanni Tiepolo est un des plus grands artistes du XVIII siècle. Il est l'auteur de grandes compositions allégoriques  ou religieuses qui allient  le mouvement, le sens du théâtre, l'hyperbole.

Son fils Giandomenico Tiepolo après avoir imité les oeuvres grandiloquentes de son père se tourne vers des compositions plus sobres en peignant des scènes plus réalistes. Giandomenico était moins célèbre que son père Giambattista, mais personnellement c'est celui des deux que je préfère.

Venise Giovanni battista Tiepolo : 1696-1770 Le sacrifice d'Isaac Plais des Doges
Giovanni Battista Tiepolo : 1696-1770 Le sacrifice d'Isaac Palais des Doges

Giamdomenico Tiepolo : 1727-1804  Polichinelles et acrobates

  
Giandomenico Tiepolo  : La fresque du Monde Nouveau


Giovanni Antonio Canal dit Canaletto (1697-1768)

Canaletto ; Le palais des Doges

Giovanni Antonio Canal dit Le Canaletto naît dans la paroisse de San Lio, près du Rialto. Il est fils d'un artiste vénitien, Bernardo Canal, peintre de scénographies et de décors de théâtre. C'est d'abord dans l'atelier de son père qu'il apprend la peinture. Il va se spécialiser dans les panoramas urbains de Venise (vedute), de Rome, d'Angleterre. Il est avec Guardi un des maîtres du védutisme. Il allie à un sens aigu de l'observation, un goût pour la composition géométrique nette et précise. j'ai vu l'été dernier l'exposition d'Aix en Provence qui lui était consacrée ICI

Canaletto : La place Saint Marc

 

Pietro Longhi (1701-1785)

Pietro Longhi La leçon de géographie

Pietro Longhi  s'est intéressé à la vie quotidienne des vénitiens dans une intention morale et satirique. C'est pourquoi son nom est souvent associé à Goldoni.  Ses tableaux réalistes peignent l'intérieur de des maisons riches, nobles  et nous donnent un aperçu de ce qu'il s'y passe : leçon de danse, de géographie,  concerts, fiançailles, mariage. Les classes inférieures ne sont pas exclues : l'arracheur des dents, les prostituées..

Pietro Longhi (1701-1785) Le rhinocéros
Pietro Longhi (1701-1785) Il ridotto la maison de jeu

Francesco Guardi (1712-1793)

Francesco Guardi : Piazza San Marco la tour de l'Horloge et la cathédrale
Francesco Guardi : Piazza San Marco
Francesco Guardi est un  des maîtres du védutisme (de vedeta : peinture de paysage urbain)  et de Venise avec Canaletto. Son style est moins froid et moins géométrique que celui de Canaletto, les couleurs sont plus chaudes, les lumières plus diffuses.

(1712-1793)

Guardi : La place San Marco

****

Roman lu et commenté ICI Claude Delerme La bulle de Tiepolo (Il s'agit de Giandomenico)

Dans La bulle de Tiepolo Philippe Delerm met en scène deux personnages, une Vénitienne, Ornella Malese, écrivain en visite à Paris pour la promotion de son livre et  Antoine Stalin, parisien, historien de l'art. Tous deux vont être réunis par le tableau d'un artiste peu connu, découvert dans une brocante. Antoine hésite à l'acquérir séduit par la qualité de l'oeuvre et Ornella l'achète pour des raisons que nous découvrirons plus tard. Tous deux sont à un moment difficile de leur vie : Antoine a perdu sa fille et sa femme dans un accident de voiture et il ne s'en remet pas. Ornella complètement déboussolée, devenue subitement célèbre, s'interroge sur les raisons de son succès et sur sa vocation d'écrivain!
Antoine n'aime pas Venise mais lorsque la directrice de sa revue d'art lui donne l'occasion de partir pour travailler sur Il Mondo Nuovo, une fresque de Giandomenico Tiepolo, il n'hésite pas!
 

Roman que j'aimerais lire :  Le Testament du Titien d'Eva Prud'Homme 

Dans la Venise du XVIe siècle ravagée par la peste, Virgile Preudhomme et son ami Pierre assistent par hasard à l'agonie de Tiziano Veccellio, dit le Titien, l'illustre peintre presque centenaire, qui leur confie un secret : dans l'une de ses toiles il a immortalisé le plus horrible des meurtres.
...... l'auteur nous entraîne à travers une poursuite policière haletante dans une succession de péripéties rocambolesques où l'amour côtoie les plus noirs desseins.   

Roman lu et commenté ICI : Le Turqueto de Metin Arditi

Le Turquetto de Metin Arditi nous fait voyager dans l'espace, de Constantinople à Venise, et dans le temps pendant la Renaissance au début du XVI ème siècle. Nous suivons les aventures d'un jeune garçon, Elie Soriano d'origine juive qui vit à Constantinople. Son père et Arsinée qui lui tient lieu de mère sont tous deux des vendeurs d'esclaves. Passionné par le dessin, Elie sait que sa religion lui interdit la représentation figurative. Aussi à la mort de son père, il s'enfuit et gagne Venise où il se fait passer pour chrétien. Ses talents exceptionnels lui permettent d'entrer dans l'atelier du Titien et bien vite d'égaler son maître voire de le surpasser. Elie surnommé le Turquetto devient le peintre le plus couru de Venise et réalise de magnifiques tableaux pleins de sensibilité. Hélas! toutes ces oeuvres seraient promises au bûcher et lui-même condamné à mort si l'on découvrait qu'il est juif! 


BD à découvrir (à partir de 9 ans) L'or du vénitien : Le peintre Jacopo Robusti, dit le Tintoret, et son assistant Sebastian Casser Album
Basé sur le testament d’Ottavia Robusti, la fille du Tintoreto, qui atteste de son mariage avec le « peintre capable » Sebastian Casser, cette Bande Dessinée raconte de façon romanesque la vie d’une garçon vacher qui quitte son village du sud de l’Allemagne actuelle, pour devenir, à Venise, apprenti du Tintoret. Les dix dernières pages de l’album constituent une partie documentaire rédigée par Christina Buley-Uribe, pour mieux comprendre ce qui a été évoqué dans l’histoire qui vient de nous être racontée.
Les dessins, à la manière de gravures est dynamique, et l’histoire rondement menée, bien que l’on puisse déceler des failles, font de cet album un livre agréable à parcourir. Mais la vie de ce Sebastian Casser étant un immense mystère (de lui on sait très peu de choses), cela pouvait permettre toutes les fantaisies. C’est fait de façon intelligente. Voir suite ici.



Si vous connaissez d'autres oeuvres qui se rapportent à des peintres vénitiens, n'hésitez pas à me donner des titres! 



4 commentaires:

  1. Non, je ne vois pas...
    Je n'ai aucun souvenir du Delerm, lu pourtant, il y a longtemps...

    RépondreSupprimer
  2. Lu le Delerm avec plaisir, bien envie de lire le Turqueto

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai pas lu le Delerme, il me tente assez. Je ne vois rien à ajouter, mais si quelque chose me vient aux oreilles, je reviens te le dire :-))

    RépondreSupprimer
  4. Si elle n'est pas ma préférée, j'ai quand même bien cette période de l'histoire de l'art, car si on sait regarder / chercher, il y a pleins de détails / histoires passionnantes dans ces tableaux.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.