vendredi 6 mai 2016

De quelques peintres norvégiens

Frits Thaulaw : Une rivière française

Ce billet sur quelques peintres norvégiens que j'ai hâte de découvrir dans les musées d'Oslo, vous le lirez quand je serai dans l'avion ce vendredi 6 Mai.

L'école de peinture norvégienne commence vraiment avec le XIX siècle. Avant la Norvège subit trop d'influences étrangères pour que l'art soit  reconnu comme spécifiquement norvégien. 
Cela tient à l'histoire de la Norvège qui a longtemps été sous domination danoise. En 1536, une charte promulguée à Copenhague en fait une simple province danoise. En 1658, elle perd des provinces au profit de la Suède vainqueur dans sa guerre contre le Danemark (donc contre la Norvège). En 1665, le Danemark affaibli par la guerre, lui concède le statut de "royaume jumeau". Le pays obtient une relative liberté, des lois et des institutions propres mais elle est toujours sous tutelle. Au XVIII siècle commence à naître les prémices d'un sentiment national et à partir de 1760 un retour aux sources culturelles norvégiennes et des aspirations croissantes à l'autonomie. Pendant les guerres napoléoniennes Frédéric VI du Danemark, vaincu, céda la Norvège à la Suède par le traité de Kiel de 1814, ce que les Norvégiens refusèrent. Finalement, la Norvège obtint, non sans mal, la reconnaissance de la constitution élaborée à Eidsvoll par les seuls norvégiens et promulguée le 17 Mai 1814; en revanche, elle fut contrainte d'accepter  un souverain suédois. 1814 signe donc la naissance de l'état norvégien et c'est pourquoi, aujourd'hui,  la fête nationale est célébrée le 17 mai et Eidsvoll considéré comme un lieu sacré. La Norvège ne fut libérée totalement de la tutelle suédoise qu'en 1905. Mais dès l'époque romantique commença le processus de "renorvégianisation" au point de vue culturel pour se libérer de l'influence danoise , au point de vue politique par rapport à la Suède.

Johan Christian Claussen Dahl (1788-1857).  Peinture romantique

Johan Christian Claussen Dahl
   
Johan Christian Claussen Dahl (J. C. Dahl), né en 1788 à Bergen et mort en 1857 à Dresde, est un peintre norvégien, paysagiste et romantique. Dahl vient d'un milieu simple, son père est un pêcheur. Ses capacités artistique précoces l'amènent à une carrière dans la peinture. De 1803 à 1809, Dahl étudie avec le peintre JG Müller, dont l'atelier était le plus important à Bergen à l'époque. Puis il poursuit ses études à l'Académie de Copenhague. Il se manifesta tout d'abord en une suite de paysages danois (1814). 
Fixé à Dresde en 1818, il se lia d'amitié avec G. D. Friedrich. Au cours d'un séjour en Italie (1820-21), il exécuta de nombreuses études d'après nature, fraîches et spontanées, dans lesquelles il se montre attentif à rendre fidèlement la lumière et l'atmosphère. En 1826, Dahl accomplit son premier voyage d'études dans son pays natal et découvrit la Norvège de l'Est et ses montagnes ; il décida d'entreprendre la description de son pays en une longue suite de tableaux de grand format, valables par leur objectivité, la richesse du détail et leur effet dramatique.  Il devint ainsi le fondateur d'un nouveau style et le professeur d'une lignée d'élèves tels que Thomas Fearnley. L'influence de son école atteignit aussi la peinture de paysage allemande et danoise. (source )

Johan Christian Claussen Dahl (1840) Mère et fille au bord de mer

Mère et fille au bord de mer : Le tableau ci-dessus, représente une mère et un fille attendant, au crépuscule, le retour du pécheur, père de l'enfant. Il montre clairement l'influence de Caspar Friedrich, peintre romantique allemand, l'ami  de Dahl, dont il avait fait la connaissance à Dresde en 1818. Mais le tableau a une résonnance personnelle car son père de l'artiste était lui aussi pêcheur; souvenir d'enfance de Dahl? thème des dangers et de la mort qui attendent le marin, annoncés par les effets de lumière qui nappent le paysage et le dissolvent dans l'obscurité. Deux des enfants de l'artiste  étaient morts et en cette année 1840, Caspar Friedrich venait de disparaître. Le tableau peut se concevoir comme un hommage à son ami.

Johan Dahl  : L'éruption du Vésuve

Johan Dahl :  Clair de lune

Johan Dahl  : Les dents du Troll

Thomas Fearnley (1802-1842)



Thomas Fearnley : Glacier de Grindelwald (1838)

Thomas Fearnley a suivi les cours de Johan Dahl est est un de ses élèves les plus doués. Il peint des paysages romantiques qui témoignent de son amour pour la nature grandiose et sauvage et de  son sens du "sublime".


Christian Krohg (1852-1925) Peinture naturaliste


Christian Krogh : Autoportrait (1912)

Christian Krohg (1852-1925) est un peintre, écrivain et journaliste norvégien. Il fut formé en Allemagne et travailla à Paris en 1881 et 1882. Christian Krohg est associé aux peintres de Skagen (Danemark) dont l'influence donna une impulsion nouvelle à la peinture norvégienne. Christian et son épouse Oda Krohg, elle-même peintre portraitiste, sont les parents du peintre Per Krohg (1889-1965).

 En 1885,  revenu à Oslo (Kristiana) il soutient Hans Jaeger,  écrivain et philosophe anarchiste et publie lui-même un roman prolétaire : Albertine, qui fait scandale et est aussitôt interdit. Il y raconte l'histoire d'une jeune fille pauvre qui tombe dans la prostitution pour pouvoir survivre. Un Zola Norvégien? Ce roman qui s'inscrit dans le naturalisme de la littérature norvégienne dans années 1880 a été pour Christian Krohg un leit-motiv de nombreux tableaux.

Christian Krohg: Albertine dans la salle d’attente du médecin de la police

Voilà ce qu'écrit Frank Claustrat, critique d'art et journaliste dans Connaissance des arts (source)
"Un an après la fondation de la Fédération norvégienne féministe (1884), Christian Krohg peint son œuvre majeure : Albertine dans la salle d’attente du médecin de la police (1885-1887). La scène, située dans un commissariat, dénonce la brutalité de la prostitution protégée par la loi. Le tableau montre l’humiliation publique d’une jeune femme avant un interrogatoire et une visite médicale obligatoires pour les prostituées. Encerclée par une foule de filles aguerries, Albertine, désignée à la vindicte populaire, s’avance tête baissée, telle une condamnée à l’échafaud. Krohg construit habilement son « reportage » à partir du regard des personnages, cherchant à établir un contact oculaire avec le spectateur. Effet de proximité garanti. Mais rien à voir pour autant avec l’Olympia de Manet ou les peintures de maisons closes de Toulouse-Lautrec. Il ne s’agit pas du portrait d’une courtisane ou d’une scène de la vie de bohème, mais bien d’un impitoyable réquisitoire, contre l’hypocrisie de la société et contre les abus du pouvoir masculin. L’action militante de Krohg aboutira. Si son tableau provoque d’abord un scandale, il participera aussi à la suppression de cette loi abjecte."

Je n'aime pas particulièrement la peinture réaliste et naturaliste mais ce qui me touche dans les tableaux de Christian Khrog, c'est qu'ils témoignent  des thèmes et des engagements politiques, philosophiques et féministes de l'artiste et l'écrivain. Et puis ces mouvements artistiques nous renseignent avec beaucoup de précision sur les conditions de vie du peuple et en cela ils sont précieux. C'est pourquoi j'avais remarqué aussi, dans mon dernier voyage à Bruxelles, les peintres belges de la même période : Léon Frédéric, Eugène Laermans et Constantin Meunier.


Albertine (1884)
Christian  Krohg : Fatiguée
Christian Krohg : La lutte pour la vie
Christian  Krohg : Fillette malade (1881)

Oda Krohg (1860- 1935)

Par curiosité, je suis allée jeter un coup d'oeil  aux oeuvres de Oda Krogh et je suis tombée en amour devant ce tableau : La lanterne japonaise (coup de foudre). ce qu'il y a de sûr c'est que je vais guetter les oeuvres de cette peintre dans les musées norvégiens!  Et la femme me plaît; le portrait qu'en fait son mari montre une femme libre, décidée, directe et simple,  qui ne subit pas sa vie, le portrait d'une femme en avance sur son temps.

Oda Krohg: la lanterne japonaise

Oda Krohg peinte par son mari Christian Krohg

et leur fils Per Krohg (1899-1965)

J'aime bien ces deux tableaux mais je n'ai pas eu un vision globale de son style. Il est connu pour sa fresque du conseil de sécurité de l'ONU.

Per Krohg
Per Krohg

Karl Edvard Diriks (1855-1930) Peinture impressionniste


Karl Edvard Diriks

 Karl Edvard Diriks né et mort à Oslo  est un peintre norvégien rattaché au courant de l'impressionnisme. Il a peint principalement des paysages, et a fait un séjour en France en 1909, une de ses toiles est exposée au musée des beaux-arts de Lyon. (Wikipédia source)

Karl Edvard Diriks  : From Drøbaksundet


Edvard Diriks : Isløsning


Edvard Diriks : La métairie



Frits Thaulaw (1847-1906) Entre impressionnisme et réalisme 


Johan Frederik Thaulow, dit Frits Thaulow, peintre et graveur norvégien, né à Kristiana en 1847, est mort à Edam-Volendam au Pays-Bas en 1906.  Il se forme à l’Académie des beaux-arts de Copenhague, de 1870 à 1872, sous la direction du peintre de marines C. F. Sörensen, et à Karlsruhe, de 1873 à 1875, avec le peintre Hans Gude. Il se rend à Paris, où il demeure jusqu’en 1880, et est fortement marqué par la peinture de plein air, notamment par l’impressionnisme (paysages, vues citadines) avec effets d’eau, fleuves ou ruisseaux, mais il reste surtout attaché au réalisme des écoles nordiques. Le meilleur de cette période lui fut inspiré par la ville côtière de Kragerö, au sud de la Norvège (1881-1882). En 1892, Thaulow revient en France, où il se spécialise dans l’interprétation idyllique de petites villes du Nord (Dieppe, Montreuil, Étaples, Camiers) en des toiles dont le coloris raffiné lui valut une faveur internationale. Il a également visité l’Italie (1885 et 1894), les États-Unis (1898), l’Espagne (1903) et la Hollande (1904-1906).  source


Frits Thaulaw : le ruisseau du moulin


Frits Thaulaw : Le moulin

Frits Thaulaw : Village au bord d'un ruisseau

Frits Thaulaw
Frits Thaulaw est un de mes peintres chouchous pour ses effets de lumière impressionnistes qui enchantent les paysages..  mais après Harald Sohlberg et Nicolaï Astrup qui restent mes préférés. Je ne parle pas de Munch pour l'instant parce que j'irai visiter son musée à Oslo.

 Anna-Eva Bergman (1909-1987) Le XX siècle


Avant de terminer ce billet, un aperçu du XX siècle avec une peintre que j'aime Anna-Eva Bergman, née en 1909 à Stockholm et morte Grasse en 1987. C'est une peintre norvégienne de la nouvelle école de Paris, terme qui regroupe tous les artistes, étrangers ou non, résidant à  XXème siècle qui ont contribué à l'art moderne jusqu'à 1960.
Lydia Harambourg, critique d'art,  écrit à son propos « Elle réalise une œuvre où les espaces imaginaires, glacés, visions d'icebergs et de fjords sont transcrits à partir de volumes aux arêtes découpées, avec une palette sombre ou claire, dont elle broie les couleurs, les oxydes (...). Une peinture pure, décantée dont le minimalisme invite à la méditation. » (wikipédia)
Anna-Eva Bergman

Anna-Eva Bergman,

Rolf Aamot (1934 ) Du XX au XXI siècle

Et pour finir un peintre, photographe, réalisateur, contemporain Rolf  Aamot né à Bergen en 1934.
Il  a été un pionnier dans le domaine de la peinture électronique, il a exploré la technologie émergente qu'il combine avec les arts traditionnels de la peinture, la musique, le cinéma, le théâtre et le ballet. Aamot a étudié la peinture à l'académie nationale d'Oslo et le cinéma à l'Institut dramatique de Stockholm. Une grande partie de son travail consiste à créer des images électroniques, son travail contient des éléments de la photographie. (wikipédia)



Rolf Aamot : Destruction

Rolf Aamot : The day before Mona Lisa came

Rolf Aamot : portrait de  kristin Lodoen, chorégraphe et danseuse

Rolf Aamot

Et puis il y a tous les autres peintres norvégiens que je ne connais pas mais dont je vais faire bientôt la connaissance.

22 commentaires:

  1. Merci pour ce billet très documenté et très bon voyage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, me voilà revenue , enthousiaste!

      Supprimer
  2. là j'ai quelques coups de coeur, non pour un peintre mais plutôt pour quelques tableaux qui m'enchantent

    RépondreSupprimer
  3. bon vol! et bonne arrivée si tu as la wifi! j'aime beaucoup le peintre romantique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! De retour, je peux te dire que c'est la peinture romantique (et en particulier JC Dahl) qui est la plus représentée dans le musées des B.A d'Oslo.

      Supprimer
  4. Je comprends que tu aies hâte de les découvrir, je crois que j'ai une préférence pour le premier que tu présentes. Te voilà maintenant dans la place et à pied d'œuvre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce qu'il ressemble à C Friedrich? Dahl c'est le peintre le plus prolixe que j'ai jamais vu. On le voit beaucoup.

      Supprimer
  5. Certains tableaux sont magnifiques, tu as beaucoup de chance d'aller les admirer en vrai ! Sinon, merci pour ce joli billet (je découvre tous ces peintres, évidemment :-) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je les ai découverts en Norvège. Je ne les connaissais que grâce à internet. C'est évidemment très agréable de voir les oeuvres authentiques!

      Supprimer
  6. Les peintures romantiques ressemblent assez aux autres tableaux de l'époque ( type Friedrich), en revanche, j'aime bien les tableaux naturalistes. Merci pour ce petit point pictural ! J'espère que ton voyage se déroule bien. tu dois être ravie de le voir en vrai !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De retour de Norvège, je peux te dire que j'aime beaucoup Krogh, ses portraits,en particulier, mais aussi la diversité de son oeuvre. C'est vraiment un grand peintre norvégien.

      Supprimer
  7. Magnifique ! Merci pour ce beau billet et ces belles découvertes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je réponds après mon voyage; j'ai encore de belles oeuvres à faire découvrir.

      Supprimer
  8. Comme tout le monde, je découvre avec grand plaisir tous ces peintres. Je te souhaite un très beau voyage, avec de belles découvertes et peut-être de chouettes lectures aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Le voyage a été beau. il me reste maintenant à publier quelques photos souvenirs de ces moments.

      Supprimer
  9. Une jolie découverte pour moi, ces peintres norvégiens.Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je le disais, je découvre ces peintres en même temps que toi.

      Supprimer
  10. Arrivée ici grâce à un lien des Echos de mon Grenier de Tilia, je me régale de ces tableaux d'artistes norvégiens que je ne connaissais pas. J'espère que le voyage est à la mesure de tes attentes. J'ai énormément aimé Frits Thaulaw, Diriks et toute la famille Krohg.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Le voyage a été à la mesure de mes attentes et les musées (sauf celui de Munch) aussi!

      Supprimer
  11. Beau ! et je ne connais pas ces peintres. C'est marrant cette évolution.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai essayé de montrer l'évolution de la peinture jusqu'à nos jours; Effectivement, c'est un raccourci saisissant.

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.