samedi 29 juillet 2017

Clouée au sol de George Brant mise en scène Gilles David festival OFF d'Avignon


"Une femme pilote qui n’a pas de nom, qui s’est construite à force de courage et de volonté avec pour seul objectif : devenir pilote de chasse pour l’US Air Force. Une rencontre de hasard, une grossesse accidentelle, mais acceptée avec joie. Puis l’appel du ciel qui se fait de plus en plus irrésistible. Quand elle se présente pour reprendre du service, c’est un drone qu’elle devra désormais piloter depuis une base militaire située à Las Vegas. La réalité de la guerre est bien là et malgré le danger de mort écarté, la frontière qui sépare sa vie de famille et la guerre devient de plus en plus poreuse. Enfermée dans une prison pour désobéissance, elle redécouvrira son humanité."

Cette pièce Clouée au sol  écrite par l’auteur américain George Brant, mise en scène par Gilles David, a  bénéficié du fameux bouche à bouche d’Avignon et de bonnes critiques si bien que j’ai voulu aller la voir. Je dois dire que cette pièce m’a mise mal à l’aise.

J’ai cependant tout de suite compris pourquoi elle a été plébiscitée. Le texte est porté avec  force par une actrice impressionnante, Pauline Bayle. Seule en scène, sur un plateau nu, sans aucun autre artifice que la lumière et le son,  elle interprète ce rôle difficile avec une implication totale. Elle entre dans la peau de ce personnage féminin à qui elle prête l’innocence de son visage et sa jeunesse. Pilote de chasse, major, ayant sous ses ordres des hommes qui la respectent, elle vit sa passion du vol, du « bleu » comme elle dit, son amitié virile entre « mecs », son mépris des femmes Barbie, son orgueil de châtier les « coupables ». Elle capte l’attention du spectateur et l’entraîne dans son drame.

Mais… cette femme qui largue ses bombes en Irak avec légèreté et insouciance m'a mise mal à l'aise.  Un jeu d’enfants :  « et Boum! » s’écrie-t-elle !  On se demande ce qu’elle a dans le cerveau, si elle est intelligente et si elle est humaine. Ce n’est que lorsqu’elle est amenée à piloter des drones et à voir ses victimes de près que son insensibilité va se fissurer.  Peut-être est-ce la maternité qui l’a rendue plus apte à éprouver de l’empathie? Peut-être est-ce parce qu’il n’y a plus de frontière entre la guerre et  la maison et qu’elle exerce ce  « travail »  comme n’importe qui, style métro boulot dodo. Plus de danger pour les militaires puisqu’ils sont très loin du théâtre de la guerre.

 Ce qui est super dans la pièce, c’est de voir la comédienne se transformer, perdre ses certitudes, avoir des doutes, glisser dans la dépression, le rejet. Mais ce qui est m'a gênée, quant au personnage, c'est  que son évolution ne peut avoir lieu que parce qu'elle est "clouée au sol". Si elle avait continué à piloter son Tiger, en plein ciel, aurait-elle continué à faire "boum" allègrement ?
Ce qui m’a interrogée aussi c’est que cette  pièce pose le problème au niveau individuel mais jamais collectif. L’auteur remet-il en cause les certitudes des américains et leur notion de Bien et de Mal ? Remet-il en cause les méthodes de l'armée américaine? Quand une bombe tombe, elle tue les "coupables". Et les autres ?

Je lisais la mise au point suivante dans une critique de la pièce :

" Les États-Unis, on le sait, disposent plus de 7.000 drones en service depuis plus de vingt ans ! Dont environ 200 appareils de haute altitude comme les  Predator, Repaer, etc. ce qui nécessite des budgets importants. Amnesty International accuse les États-Unis d’utiliser clandestinement ces drones pour des exécutions en violation absolue du droit international, et en faisant de très nombreuses victimes, comme au Pakistan, civils innocents ou proches des personnes visées… Elimination garantie ou presque de personnalités et chefs de guerre ennemis mais aussi… dommages collatéraux sans réplique possible donc sans aucun danger physique pour les équipes américaines ultra-compétentes et expérimentées qui les commandent bien à l’abri dans un désert, à des milliers de kilomètres de distance." Voir ICI


Le nouveau ring
Clouée au sol de George Brant
À 16h20
Durée : 1h20
du 7 au 28 juillet
  • Interprète(s) : Pauline Bayle
  • Traduction : Dominique Hollier
  • Mise en scène : Gilles David
  • Scénographie : Olivier Brichet
  • Eclairagiste : Marie-Christine Soma
  • Costumes : Bernadette Villard
  • Son : Julien Fezans
 

2 commentaires:

  1. C'est un sujet qui me met vraiment mal à l'aise également. Nous avons vu aux Etats-Unis quelques interviews de ceux qui partent le matin en voiture au travail, s’assoient aux commandes de ces fameux drones et la journée de travail terminée rentrent chez eux, ils ont le trajet pour déconnecter... avant de reprendre leur rôle dans la vie privée...
    Toutes ces guerres immondes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, c'est ce que fait cette femme et c'est pourquoi elle craque; ce qui m'a gênée, c'est qu'elle ne se pose pas la question avant.

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.