samedi 1 juin 2013

Semaine italienne : Les fiancés de Alessandro Manzoni


 

Alessandro Manzoni, écrivain romantique italien, est né en 1785 à Milan où il meurt en 1873. Son roman Les Faincés lui assure une notoriété dans toute l'Italie et en Europe.  Dans la lignée d'autres écrivains romantiques européens comme Lamartine ou Byron, il  participa à la vie politique italienn.  En 1862, il fut nommé président de la commission pour l'unification de la langue italienne. Sa mort fut l'occasion de funérailles nationales et c'est à sa mémoire que Giuseppe Verdi composa son Requiem.
Les Fiancés (I promesse spozi) de Manzoni est un des classiques majeurs de l'Italie et aussi l'une des oeuvres les plus célèbres du romantisme italien. Commencé en 1821, le roman a connu quatre versions, en 1823, en 1827, Manzoni n'étant jamais satisfait de la version en cours. La dernière édition paraît ensuite entre 1840 et 1842. La structure narrative est remaniée  chaque fois mais c'est surtout au niveau de la langue qu'apparaissent les plus grands changements : au début mélange de latin, de lombard (d'où est originaire l'auteur) et de français (Manzoni a séjourné en France), ensuite, après un séjour de l'écrivain en Toscane où le langage est considéré comme plus pur, le roman paraît dans style qui a contribué pour beaucoup à l'unité de la langue nationale italien. Manzoni, personnage politique, engagé dans le Risorgimento, mouvement qui luttait pour l'unification de l'Italie, est donc l'origine de la naissance d'une identité culturelle commune..


Francesco Hayez peintre italien (source)

Le récit
Les fiancés de Manzoni est l'histoire d'un amour contrarié. Dans un petit village, sur les bords du lac de Côme, Renzo Tramaglino et Lucia Mondella, deux jeunes paysans, vont se marier mais le seigneur Don Rodrigo (nous sommes pendant l'occupation espagnole de la Lombardie au XVIIème siècle) veut s'emparer de Lucia. Il commence par faire peur au curé don Abbondio pour qu'il ne célèbre pas le  mariage puis il essaie d'enlever la jeune fille. Les fiancés fuient et, avec l'aide du frère Cristoforo, Renzo se réfugie à Milan, Lucia et sa mère Agnès dans un couvent de Monza. Mais Renzo, pris dans une émeute de la faim à Milan, est poursuivi comme meneur et s'enfuit à Bergame. Lucia, elle, est enlevée par L'Innommée, un puissant seigneur qui a accepté de venir en aide à Don Rodrigo. Que deviendra l'infortunée jeune fille? Et le jeune homme, parviendra-t-il à la retrouver et à l'épouser? Le fait est qu'ils ne sont pas au bout de leurs peines et que, outre les grands seigneurs "méchants hommes"  pour reprendre une expressions de Molière, les ravages de la guerre et une épidémie de peste vont aussi sévir dans la région…

Le romantisme
Les fiancés appartient bien à tout un courant romantique européen. Quand on le lit, on a l'impression d'y retrouver le Stendhal des Chroniques italiennes, le roman de cape et d'épée ou historique à la Dumas, mais aussi, avec l'enlèvement de Lucia conduite dans un sinistre château, repaire de brigands, le roman gothique d'Ann Radcliffe.

La lutte politique :

 Don Rodrigo (source)

Le roman se préoccupe des classes sociales modestes en prenant pour héros, deux jeunes paysans, Lucia et Renzo. C'est l'occasion pour l'auteur d'y affirmer ses idées politiques tout d'abord en se plaçant du côté des humbles, de ceux qui ont à souffrir de la faim, de la guerre, des exactions des grands uniquement préoccupés de la gloire militaire, de leur pouvoir, de leurs distractions et de la satisfaction de leurs caprices. Tout leur est permis! Leur tyrannie s'exerce non seulement sur ceux qui leur sont inférieurs et qui ne se verront jamais rendre justice mais aussi dans leur propre famille, en particulier sur les filles. Un récit semblable à celui de Diderot, La Religieuse, nous montre la vocation forcée de Gertrude, la fille d'un prince milanais, preuve qu'il ne s'agit pas là d'une mode mais d'une réalité puisque le personnage de Manzoni a réellement existé.
 On y voit aussi à travers la description de l'hégémonie espagnole sur la Lombardie au XVIII,  les préoccupations de Manzoni au XIX siècle luttant pour l'indépendance de l'Italie et l'unification de son pays.

La religion :


le cardinal Federigo Borromeo de Giulio Procaccini (1810) (source)

Manzoni  s'est converti au catholicisme quand il était à Paris et pratique une foi ardente mais lucide. Face aux grand seigneurs tout puissants qui sont au-dessus des lois, Manzoni oppose les forces de l'église et de la foi qui viennent  en aide aux pauvres. Le frère Cristoforo d'abord qui n'a aucun pouvoir sinon moral puis le puissant cardinal Federigo Borromeo, archevêque de Milan qui fonda la bibliothèque ambroisienne, un personnage considéré comme un saint, sont les plus précieux auxiliaires des fiancés.
La foi, la vertu et la pureté peuvent aussi posséder un grand pouvoir. Grâce aux paroles de pardon prononcées par Lucia, l'Innommé, touché par la foi, se convertit et choisit d'exercer le bien et la justice.
Pourtant tous les hommes d'église ne sont pas bons. Don Abbondio, le curé, est tellement dominé par la peur qu'il ne choisit pas le parti du bien. Trop lâche pour marier les fiancés, il n'osera pas prendre leur parti. La foi ne parviendra pas à percer la carapace de son égoïsme.

Un récit historique

On peut remarquer que de longues digressions dans le roman nous éloignent de l'histoire de Lucie et Renzo. C'est que Manzoni  a pris pour prétexte leurs aventures pour nous présenter un état du pays à leur époque au Nord de l'Italie. Il fait oeuvre d'historien, consultant les archives, étudiant maints documents et recoupant ses sources pour nous présenter des situations, des évènements et des personnages qui ont réellement existé. La révolte de la faim à Milan donne lieu à une scène magistrale de désordre et d'anarchie  témoignant du désespoir d'un peuple qui n'a plus peur des représailles puisqu'il n'a plus que le choix de mourir de faim. L'arrivée des soldats pendant la guerre, qui pillent les villages, violent, égorgent les habitants,  ne laissant que dévastation et ruines après eux, la grande épidémie de peste qui a décimé la ville de Milan et les campagnes, emportant plus de la moitié de la population sont aussi de grands moments de cet immense roman. Manzoni sait faire souffler le vent de de l'Histoire dans son oeuvre qui dépasse alors l'individualité de ses personnages pour devenir une grande fresque collective et parler de l'universel, mettant sans cesse en opposition l'Amour et la Mort, Eros et Thanatos.

Je participe avec Les fiancés de Manzoni au Blogoclub de Sylire et Lisa sur le thème des amours contrariés. Le livre choisi était L' expiation mais comme je l'ai déjà lu, j'ai dû en choisir un autre.

Sylire et Lisa

12 commentaires:

  1. Je n'ai pas encore lu ce "classique" mais cela ne devrait tarder ... :-)

    RépondreSupprimer
  2. A mille lieux d'Expiation, de l'étouffante ambiance de la campagne anglaise, tu écris un beau billet sur cette histoire d'amour contrarié.Je doute que ces deux là réussissent à se retrouver!
    (Joli prénom pour l’héroïne!)
    Lecture bien différente maintenant avec le polar de F. Guérin!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu crois qu'ils ne vont pas se retrouver? C'est vrai qu'ils en ont des dangers à affronter!
      le polar de F Guérin me fait bien plaisir!

      Supprimer
  3. Ton billet fait très envie. Je mets ce bouquin de côté, quand j'aurai du temps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai qu'il faut avoir du temps; c'est encore un bon pavé!

      Supprimer
  4. Tu sais donner donner envie :)! et un de plus pour ma LAL !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie si tu le lis un jour grâce à moi!

      Supprimer
  5. j'ai bientôt fini! encore 100pages et je vous rejoins

    RépondreSupprimer
  6. http://miriampanigel.blog.lemonde.fr/2013/06/06/les-fiances-manzoni/
    voilà ma contribution en ligne depuis hier.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.