mercredi 17 janvier 2018

Daniel Mendhelsohn : Une Odyssée, Un père, un fils, une épopée (citation 1)

Mosaïque : Ulysse et les sirènes (musée de Tunis)
Lorsque Jay Mendelsohn, âgé de quatre-vingt-un ans, décide de suivre le séminaire que son fils Daniel consacre à l'Odyssée d'Homère, père et fils commencent un périple de grande ampleur. Ils s'affrontent dans la salle de classe, puis se découvrent pendant les dix jours d'une croisière thématique sur les traces d'Ulysse.
À la fascinante exploration de l'Odyssée d'Homère fait écho le récit merveilleux de la redécouverte mutuelle d'un fils et d'un père. (résumé de l'éditeur Flammarion)
 


Je suis en train de lire  Une Odyssée, Un père, un fils, une épopée de Daniel Mendhelsohn.  Pendant ma lecture et avant de rédiger un billet sur ce livre passionnant, érudit, et touchant, je vous inviterai à lire quelques extraits du livre, ceci afin de vous mettre un peu l'eau à la bouche.
J'ai choisi aujourd'hui un passage plein d'humour qui éclaire les relations du père et du fils et qui apporte aussi une réflexion intéressante sur l'oeuvre d'Homère.

Le père, Jay Mendhelsohn assiste donc au premier cours de son  fils qui porte sur le chant I et sur le proème de l'Odyssée, le proème c'est à dire "les vers liminaires qui annoncent au lecteur le sujet de l'oeuvre - le cadre de l'action, l'identité des personnages, la nature des thèmes."

Voilà comment réagit le père quand son fils qualifie Ulysse de héros.

Buste grec ancien d'Odysseus, Ulysse

"Ce fut à ce moment-là que mon père leva la tête et dit, "Un Héros? Moi je trouve qu'il n'a rien d'un héros.
 (...)
Très bien répondis-je à mon père.  Et qu'est-ce qui te fait dire qu'il n'a rien d'un héros?

Eh bien reprit-il. Vingt ans plus tôt il est parti combattre à la guerre de Troie, non ? Et à ce que l'on sache il dirigeait l'armée du royaume...

En effet... Le chant II de l'Iliade énumère toutes les armées grecques qui ont convergé vers Troie. Et il est dit qu'Ulysse a levé l'ancre avec un contingent de douze navires.

Justement, répliqua triomphalement mon père. Cela représente plusieurs centaines de soldats. Et donc ma question est : où sont passés ces douze navires et leurs hommes de bord ? Comment se fait-il qu'il soit le seul à rentrer chez lui vivant ?

En fait c'est une bonne question, dis-je (...) Si vous avez lu le proème, vous vous souviendrez qu'il qualifie les marins d'"insensés" qui ont péri "par leur folle témérité". A mesure que nous avancerons dans le poème, nous en apprendrons davantage sur les évènements qui ont causé la mort de ces hommes, des groupes différents, à différents moments. Et alors vous me direz si vous pensez que c'est vraiment par leur folle témérité qu'ils sont morts.

Mon père grimaça, l'air de dire qu'il se serait mieux débrouillé qu'Ulysse et que lui aurait ramené sans encombre ses douze navires et leur équipage. Donc, tu admets qu'il a perdu tous ses hommes ?

Oui, répondis-je sur la défensive. J'avais l'impression d'avoir onze ans, qu'Ulysse était un camarade de classe qui avait fait une bêtise et que j'avais décidé de le défendre, quitte à être puni avec lui. (...)
Il n'était visiblement pas convaincu.

Les boeufs du Soleil
Le professeur continue son explication :

"Si on y réfléchit bien, il doit absolument être le seul à rentrer.
Je mesurai mon petit effet, laissai planer un instant de suspens, et repris : Si Ulysse est le seul à être toujours debout, alors?...

Trisha (une étudiante) leva le nez de son cahier. Alors il devient le héros de l'histoire.

Exactement. Elle est vive cette petite, me dis-je.
Imaginez... A quoi ressemblerait l'Odyssée s'il était rentré avec une douzaine d'hommes, ou cinq, ou même un seul ? ça ne marcherait pas. Pour être le héros d'une épopée, il faut se débarrasser de la concurrence, pour ainsi dire !

Mon père revint à la charge. Et bien moi, je ne trouve pas qu'il ait grand chose d'un héros. Il prit à témoins les étudiants. Un chef qui perd tous ses hommes ? Vous parlez d'un héros!

Les étudiants éclatèrent de rire (...) Pour leur montrer que j'étais bon joueur, je fis un grand sourire.

Mais intérieurement, je bouillonnais. Ca va être l'horreur ce cours ! "

 


Voir Keisha ICI 

Miriam ICI 
  
 Luocine ICI 

22 commentaires:

  1. M'en parle pas, j'ai adoré cette lecture (au point de noter L'odyssée dans ma liste à lire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savoure tous les instants de cette lecture, c'est plein d'humour, j'apprends plein de choses et les rapports père fils sont aussi très intéressants. En plus, j'aime beaucoup l'Odyssée. C'est toi qui m'a donné envie de lire ce livre.

      Supprimer
  2. J'avais l'impression que tu l'avais déjà lu ! je pense que je vais attendre le poche, plus facile à transporter, mais je veux le lire, c'est sûr.

    RépondreSupprimer
  3. Comme Keisha ci-dessus j'ai adoré ce livre! Et je l'ai fait lire autour de moi, ma mère est en train de le terminer et va relire Homère!Ma voisine (prof de Lettres classique a aussi aimé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me souvenais pas que tu l'avais lu ! Oui, c'est un régal ce livre !

      Supprimer
  4. J'attends son arrivée à la bibliothèque avec impatience !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il te plaira. Il est vraiment passionnant.

      Supprimer
  5. J'avais beaucoup aimé L'étreinte fugitive de cet auteur, et j'ai aussi l'intention de lire Les disparus. Celui-là suivra probablement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que Les disparus vaut le coup aussi d'après les critiques! Mais je n'ai pas entendu parler de L'étreinte fugitive.

      Supprimer
  6. Comme je suis contente que vous lisiez ce livre et que vous l'appréciez ! Je l'ai lu il y a peu et j'ai vraiment beaucoup aimé. Un des livres forts de 2017 pour moi.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  7. Je me suis régalée aussi à la lecture de ce livre (relire l'extrait me plaît toujours autant) et pourtant, je ne connais pas grand chose à l'Odyssée, à part des extraits choisis et des adaptations filmées !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je me régale. Je suis sûre que tu ne résisteras pas longtemps à lire l'Odyssée. Il me faudrait peut-être le relire !

      Supprimer
  8. "Ça va être l'horreur ce cours !" mais ça a l'air d'être un régal, ce livre!

    RépondreSupprimer
  9. un livre qui m'a procuré un grand plaisir, qui circule dans la famille pour le bonheur d de tous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est formidable un livre comme celui-ci qui crée un partage entre parents-enfants et emporte l'adhésion de tous ! Il y a le plaisir d'apprendre, de découvrir l'Odyssée d'une manière différente et par des aspects qui nous avaient échappé.. et puis c'est l'hommage d'un fils envers son père, une redécouverte !

      Supprimer
  10. Quand un grand universitaire qui est aussi un grand romancier décide d'écrire sur la relation père-fils, ça donne ce livre magistral! Comme toi je me suis régalé. Et quel talent à faire converger les différents niveaux du récit!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, un livre excellent ! Quant à la convergence des niveaux de récit, il retrouve la composition circulaire proche de l'Odyssée.

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.